En ces jours de pandémie nous espérons tous que très rapidement un vaccin contre de covid 19 soit trouvé, ce qui sauvera certainement des centaines de millier de vie.
Mais seriez-vous d’accord de vous faire vacciner ? seriez-vous d’accord de vacciner vos enfants ou vos grands parents ? Et si ce vaccin s’avérait quelque peu dangereux ?
C’est pour le moment qu’une hippothèse et je prie que le vaccin trouvé soit tout à fait inoffensif.
Qu’en dit la Torah ? Le principe de prudence en général recommandé, sera-t-il alors de vigueur ?
Cette question a été traité par des rabbins à la fin du 18 -ème siècle. Alors que la petite vérole était en train de décimer des millions d’européens, le docteur anglais Edward Jenner mettait au point un vaccin. Ce vaccin était fabriqué à base d’un virus animal proche de la variole humaine provenant des pis de vache malade.
Une grande vague de contestation se réveilla dans les sociétés européennes : certains doutaient de la véracité du procédé et craignaient des séquelles qu’il allait provoquer. D’autres voyaient en cela la sorcellerie, un pacte avec Satan pour lutter contre la volonté divine qui punie les mécréants.
La position des rabbins de l’époque était bien différente. Le célèbre rabbin Allemand Israël Lipschitz, qui a rédigé le commentaire sur la michna Tiferet Israël, parle avec considération du Dr Jeener et lui donne le titre de H’assid Oumot Aolam : un juste des nations. Le Rabbin Lipschitz précise qu’il est autorisé de se faire vacciner car même s’il y a un certain danger il est bien moindre que le danger d’être contaminé par la variole. Il cite le talmud de Jérusalem qui oblige de prendre certains risques afin de sauver un ami dans la détresse. Il est donc logique de prendre un risque pour se sauver soit même. A l’époque du rabbin Lipschitz l’épidémie se rependait à grande vitesse et tout le monde était menacé et considéré comme malade potentiel imminant.
A cette même époque, Le Rav Avraham Nansikh , rabbin de la communauté ashkénaze de Londres analyse la situation dans un livret intitulé Ale Teroufa. Il vient d’Amsterdam et deux de ses enfants sont décédés de la petite variole. Il écrit son livre afin d’encourager les juifs à se faire vacciner. La vaccination n’est pas contre la volonté divine. Dieu a plus d’une corde à son arc s’il désire punir un individu. Nous ne devons pas rentrer dans ces considérations. Notre rôle est de nous préserver de la maladie pour servir Dieu de notre mieux. Même si le vaccin est parfois dangereux, il est autorisé selon la Torah de prendre des risques pour préserver sa vie. La preuve est qu’il est autorisé des faire de longs voyages sur l’océan ou traverser les déserts pour faire du commerce. Ces péripéties sont dangereuses et le Talmud nous dit qu’il faut reciter la bénédiction de Hagomel après notre retour à la maison afin de remercier Dieu de nous avoir préserver la vie. S’il est permis de prendre des risques pour se nourrir il est à plus forte raison autorisé de prendre un vaccin pour se protéger de l’épidémie.

Nos rabbins contemporains discutent aussi de la vaccination. Le Rav Asher Weiss de Jérusalem considère que la vaccination est une obligation. Il cite le Chla Hakadosh de la ville de Safed. Ce dernier préconise de sortir les enfants de la ville alors qu’une épidémie s’y propage. Les parents qui prendraient un risque pour leurs enfants devront rendre des comptes devant l’éternel. Le rav Asher Weiss parle aussi de la responsabilité de chacun envers son prochain et envers la société. Ne pas vacciner ses enfants abaisse l’immunité collective et si tous les parents prennent la même initiative, les populations les plus fragile risque d’être en danger. Il est vrai que si une seule famille s’abstient de vacciner ses enfants, cela n’augmentera pas le danger. C’est l’effet de groupe qui est une menace. Le rabbin Weiss compare cette décision au comportement des gens de Sodome et Gomorrhe. Selon le Midrache Ils passaient les uns après les autres devant l’étalage d’un vendeur d’olives ou de pépites et chacun en prenait une seule. C’est là une quantité insignifiante qui n’est pas passible d’une peine ou d’une d’amende. Mais le cumul de ces « vols ridicules » ruinait en fin de journée le malheureux marchant. Nous connaissons tous le sort que Dieu réserva aux habitants de Sodome et Gomorrhe. Le Rav weiss déclare qu’il en est de même lorsqu’il faut payer un agent de sécurité pour la ville. Personne ne peut refuser de participer au salaire du gardien car si tous les habitants de la ville faisaient de même, la totalité des habitants serait alors en danger et c’est le cas aussi de la vaccination
Prions donc tous que Hachem donne la Khokhma , la lumière, aux biologistes et aux médecins afin de trouver rapidement un vaccin sans danger et un remède pour les malades de l’humanité entière. Amen.